Naturellement Cru

La connaissance au service de la santé holistique.
Les 3 appareils indispensables pour crusiner

Les 3 appareils indispensables pour crusiner

En fin de compte, la crusine est comme la cuisine.
Si on n’a pas le bon matériel, il y a des choses qui n’auront pas le même résultat ou que tout simplement, que l’on ne peux pas faire.

Je suppose que, comme dans la majorité des cuisines, vous avez tous au moins un four, des plaques pour la cuissons (que ce soit à gaz ou électrique le sujet n’est pas là 😉 ) et même un très beau micro-ondes.
Cela vous permet de vous préparer des plats, faire des sauces, réchauffer des plats déjà prêts, ou tout autres choses.

Bien. Maintenant, imaginez-vous cuisiner sans cela.
Voilà, je vous laisse quelques instants pour vous mettre dans la pièce, et vous imaginer préparer à manger sans ses appareils.

Bon sans le micro-ondes ça va on peut vivre. (Et c’est même nettement mieux de ne pas en avoir, croyez-moi.)
Sans le four, c’est un peu plus compliqué, on ne peut pas faire certaines recettes, mais on peut tout de même se nourrir.
Mais sans les plaques de cuisson…  oulaaa…
Les choses se compliquent !

Je vous rassure, sans tout ses appareils-là, vous pouvez vous nourrir.
Il vous faut tout simplement les bons appareils qui vous permettrons de vous concocter de délicieux festins.

Cela peut aller de la recette la plus basique comme un smoothie à une recette un peu plus élaborée comme une pizza crue ou même un gâteau !

Dans la crusine, tout comme dans la cuisine, on a besoin de certains appareils indispensables, et dans l’alimentation vivante, les appareils vraiment indispensables sont en nombre de 3 (+ 1 Bonus).


Les 3 appareils indispensables en crusine

 

1) L’Extracteur à jus

 

Si vous ne devez vous acheter qu’un seul appareil pour débuter dans le monde de l’alimentation vivante, je trouve que c’est celui-là qu’il vous faut.

C’est une bonne approche quand on veut introduire des fruits et des légumes dans son quotidien, sans toucher aux repas.
C’est un vrai plus, que tout le monde devrait pouvoir s’offrir.
Ne serait-ce que pour nourrir vraiment notre corps, et même, remplir nos réserves (que nous avons tendance à bien vider, sans penser à les remplir après usage) . 🙂

 

C’est un appareil indispensable, que ce soit pour commencer dans la crusine ou tout simplement commencer à introduire des fruits et légumes dans le quotidien, permettant ainsi de mieux se nourrir.

Grâce à une vitesse de rotation lente, il permet de garder un maximum de micronutriments contenus dans les légumes et les fruits.
Il est simple d’utilisation et permet, selon le modèle, en plus de vous faire des jus de légumes et de fruits, de pouvoir faire autre chose comme par exemple des sorbets, des pâtes fait maison, des purées d’oléagineux, et même des laits végétaux.
Donc petit à petit, il vous permet d’intégrer des nouveautés dans votre quotidien, en ayant seulement 1 seul appareil pour tout ça.

Pour le choix de l’extracteur, il y a de nombreux fabricants qui vous proposent des modèles avec quelques différences entre eux.
Et plus le temps avance et plus de nouveaux extracteurs sortiront pour se distinguer du concurrent ou de l’ancien modèle.
Si vous ne savez pas lequel choisir, vous pouvez aller jeter un œil sur mon article qui pourra sûrement vous aider, pour cela, vous n’avez qu’à cliquer ici .

~~~~

2) Le Blender

 

À la 2ème place des appareils indispensables, ont trouve le blender.
C’est un appareil qui permet de tout mixer ensemble afin d’obtenir des préparations lisses, comme par exemple des smoothies, des soupes, des laits végétaux, des sorbets, des crèmes, des sauces, etc.

Mais quand je parle de Blender, je veux parler d’un appareil qui a de la puissance. Car j’ai essayé un mixeur lambda du commerce et je me suis dite :
” Oui bon après tout, ça mixe. Je ne vois vraiment pas pourquoi il faut absolument un blender de cette qualité-là. “

Certes la majorité des blenders que l’on peut trouver font un tas de choses, mais il arrive un moment où l’on se retrouve bloqué pour faire notre recette, car le blender que l’on a sous la main n’est pas assez. Pas assez de pêche, pas assez de rapidité dans la vitesse, pas assez grand, pas assez pratique pour les préparations, etc.

Mon expérience avec un robot lambda :

Je voulais préparer la recette de mozzarella crue quand j’étais chez des amis, et ils n’en avaient qu’un robot dit “normal”.
J’ai donc commencé à faire la recette, et au moment de tout mixer…
Le blender, le pauvre. Vraiment. J’avais de la peine pour lui.
Il ne tournait pas assez vite, se bloquait, la pâte se collait aux lames.
Au bruit qu’il faisait, cela se voyait qu’il forçait trop pour pouvoir tourner et du coup, j’ai dû arrêter le blender à plusieurs reprises pour tout mélanger et le relancer.

 

Bon tout ça pour vous dire, qu’une recette qui aurait du prendre, grand maximum 2 minutes à mixer, m’a pris plus de 7 minutes (sans compter les pauses pour éviter que le moteur ne surchauffe trop).
Étant donné que c’est un blender normal, la vitesse de rotation n’est pas comme celle que l’on peut trouver sur un blender adapté.
Ce qui fait qu’il risque de surchauffer et le moteur en prend un coup, surtout si on l’utilise tous les jours pour faire des préparations en crusine.

Pour vous choisir un bon blender, il y a plusieurs marques sur le marché avec qui vous pouvez être sûr de la qualité. Il y a le Blendtec® , le Vitaminx® et le Omniblend®.
À ma connaissance, ce sont tous de bons produits et surtout de très grande qualité.
À vous de choisir le modèle et la marque que vous préférez en tenant compte de leurs spécificités, leurs différences de même que leurs avantages et inconvénients respectifs.

~~~~

3) Le Robot à lame S

 

Le 3ème appareil indispensable, car lui aussi, est tout autant indispensable que les 2 autres, c’est le robot à lame S.

Celui-là, vous devriez facilement le trouver n’importe où.
La seule précision à garder en tête est qu’il aille un bol de la dimension que vous souhaitez et donc qui dépendra de combien vous être à la maison pour vous faire des préparation.
De plus, si vous le pouvez, soyez attentifs à la qualité du plastique utilisé.

Généralement, ces robots ne sont pas vendus qu’avec une lame S, ils sont vendus avec une lame pour pétrir, 3 ou 4 types de disque qui permettent de râper et de couper plus ou moins grossièrement le légume, etc. Ils vous seront sûrement utiles (ou pas) mais ce qu’il faut ABSOLUMENT est un accessoire avec la lame S.

 

Pourquoi avoir en plus un robot avec la lame S si on a déjà un blender ?

C’est là, la question que je me suis posée durant longtemps.
Et je me suis quand même convaincue que je pouvais faire sans. J’ai testé des recettes qui étaient faites pour aller dans le robot à lame S, je les ai mises au blender.
En utilisant la fonction pulse, je me suis dite que ça pourrait le faire.
Et bah, je me suis rendue compte que le résultat n’était pas le même !
(J’ai quand même tenu bon pendant longtemps avant de réellement comprendre !)

Avec le blender, même si on pulse, on obtient un résultat aqueux alors qu’avec la lame S, c’est vraiment des mini morceaux qu’on obtient.

Lame S d’un robot de cuisine

C’est lors d’un stage que j’ai eu l’occasion de faire chez Crusine Académie que j’ai vu et senti la différence. Car en vidéo on a qu’une image, en vrai on a aussi la texture et le goût qui m’ont permis de comprendre la différence entre ces 2 appareils.

J’ai donc choisi, d’investir dans un robot à lame S. 🙂

~~~~

Car dans la crusine, c’est le détail qui compte.
La texture finale peut changer complètement le résultat visuel, mais aussi le résultat gustatif d’un plat.

~~~~

Rien que parce que vous avez lu l’article jusqu’à là, je vous offre un 4ème appareil indispensable pour se régaler en crusinant.

 

!!! Bonus !!!
4) Le Déshydrateur

 

C’est un appareil qui n’est pas indispensable au début. Mais qui peut très vite le devenir si on souhaite faire des recettes spécifiques.
Bien qu’il y a un tas de recettes qui peuvent se faire sans déshydrateur, il y en a d’autres qui le nécessitent, car il permet de créer des textures et des goûts incroyables.

Pour vous résumer son utilisation, il permet de déshydrater des aliments à basse température.
Il permet donc de faire sortir l’eau des aliments, leur permettant ainsi une conservation plus longue. En jouant avec l’épaisseur de la préparation et le temps de déshydratation, on peut créer des textures très diverses. On peut par exemple avoir une texture très souple souvent rencontrée dans les cuirs de fruits ou à l’opposé, une texture craquante comme des crackers.

 

Petite astuce :

Si vous souhaitez, en attendant de vous acheter un déshydrateur, vous avez la possibilité d’utiliser votre four.
Mettez-le à la température la plus basse qu’il vous est possible et gardez la porte ouverte durant la déshydratation.
! Étant donné que la déshydratation s’effectue à basse température, la déshydratation peut durer longtemps (tout dépend du stade de déshydratation que vous souhaitez atteindre).
Pour certaines préparations, il ne sera nécessaire que de 2 heures, alors que pour d’autres, cela peut prendre, voir dépasser, les 18 heures !

Je vous conseille donc, si vous avez l’envie de faire souvent des déshydratations, d’investir dans un déshydrateur. Ne serait-ce que pour l’aspect économie d’énergie, en comparaison au four.

Il existe plusieurs types de déshydrateurs variant de la taille des plateaux, aux nombres de plateaux, de la grandeur du déshydrateur ainsi que le prix de vente.
Pour les marques de déshydrateurs, vous pouvez trouver le Sedona® et l’Excalibur®, qui sont de très bonnes marques.

~~~~


Dites-moi dans les commentaires si vous pensez qu’un autre appareil aurait sa place dans les 3 (+ 1 Bonus) appareils indispensables en crusine.

Je vous souhaite une excellente journée et vous dit à tout bientôt pour un nouvel article !

Alessia

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages
  • 6
  •  
  •  
  •  

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.

*